Header Despensa Santa Ana

Chahut dans les chais chiliens

On quitte Mendoza en apprenant qu’on pourra bosser deux semaines dans une winery au sud de Santiago. Du coup on presque heureux de se farcir les 10 heures de bus et les trois heures d’attente à la douane 🙂

Le trajet retour vers Santiago nous refait passer devant l’Aconcagua qu’on a la chance de voir partiellement cette fois-ci, puis on arrive au magnifique poste-frontière.

Frontière Argentine Chili
Les postes frontières c’est moche mais passer une frontière c’est marrant. Alors ça mérite bien une petite photo.

On passe quelques jours à Santiago dans l’appartement d’Esteban, un ami de la cousine de Charles (merci encore Anne !). On est accueillis avec planches de charcuteries du fromage et des vins chiliens et on finira totalamente borrachos.

Borrachos
Borrachos !!!

L’appartement est incroyable avec une superbe vue sur la ville et Esteban nous donne tous les bons plans.

Vue de la terrasse sur Santiago
Terrasse dernier étage, miam

En plus de faire de la planche à voile, du ski freeride et de l’escalade, Esteban est DJ et tente, en vain, de donner quelques leçons à Charles.

DJ Santiago
I have no idea what I’m doing

Santiago elle-même est sympa mais sans charme particulier. On trouve quand même le moyen de faire des ballades sympas malgré les 40°C.

Santiago de Chile
Enfin un peu d’ombre dans la rôtissoire qu’est Santiago

Après quelques jours de glandouillage, on part bosser à la Despensa Boutique Winery à quatre heures de bus au Sud de Santiago, près du tout petit village de Poblacion. Un trou.

La Despensa
Ah nous y voilà !

On remplace un couple anglo-australien très sympa avec qui on a la chance de passer deux jours, le temps qu’ils nous apprennent à faire du pain !

Atelier boulangerie
Atelier fabrication de la pâte à pain. Pas facile de suivre quand le prof est un Anglais à l’accent à couper au couteau 🙂

On est fiers du résultat !

Petits pains Santa Ana
« Jamais vu quelqu’un distribuer autant de pains… » En rentrant, j’en fais pour le premier qui trouve la référence

Le matin, les six chiens de la winery viennent nous faire coucou. Il faudra les nourrir, les brosser et les coucher tous les soirs. On deviendra vite potes.

Chiens Santa Ana
La meute assoiffée de sang qui vient nous dire bonjour le matin
Despensa winery Santa Ana Chili
La meute affamée attend ses croquettes. Effrayant.

On kiffe notre petite maison qui donne directement sur les deux hectares de vignes, principalement du Syrah et du Grenache.

Despensa Boutique Winery workaway
Notre maison pour deux semaines !
Despensa boutique winery petit déjeuner
Aurélie prend son petit déjeuner tranquillement sur la terrasse. Elle pense être en sécurité, quand tout à coup….
Chloé aggressive Despensa Santa Ana
Bisouuuuuuuuuuuu !!!!

Mais il faut pas oublier qu’on est là pour bosser et on commence les hostilités avec l’inévitable weeding. Il faut souffrir pour être bio.

Vignes Despensa Santa Ana Santiago
Comment rester féminine avec une bêche dans les mains

Pendant notre premier week-end on fait un saut à Pichilemu, sorte de capitale du surf au Chili à seulement 1h30 de bus de la winery. C’est un des derniers week-end des grandes vacances d’été en Amérique du Sud et la plage de sable noir est bondée.

Pichilemu plage
Version chilienne du 15 août – côte d’Azur

Aurélie a tellement la confiance qu’elle surf tout habillée et avec son chapeau.

Pichilemu Surf
Kelly Slater sort de ce corps !

Les chiens viennent se reposer avec nous dans la maison alors que bien sûr c’est interdit. Mais ils sont bons en négociation. Surtout Bako, mi-lévrier mi-boxer :

Photo hipster Aurélie
Et hop, la photo hipster. C’est devenu un classique. Il manque peut-être un vélo accroché au mur et un album photo en noir et blanc des abris-bus soviétiques sur la table basse

Assez vite c’est l’heure de la mise en bouteille et on doit commencer par nettoyer la toute petite winery.

Cleaning Despensa boutique Winery
Tambo surveille le travail de Aurélie

On mélange la toute petite production (7 barriques) dans une grande cuve qu’on connecte à la machine à mettre en bouteille qui peut en remplir six en même temps.

Six bouteilles à la fois c'est beaucoup trop pour mon petit cerveau
Mettre en bouteille c’est un peu comme traire une vache, ça fait mal dos.

Dès qu’une bouteille est prête, on lui met son bouchon d’un geste expert (faut pas mettre son doigt en dessous hein).

Aurélie mettre en bouteille
Aurélie s’apprête à mettre son premier bouchon !

Puis on la passe à la personne chargée d’en faire une jolie pile.

Mise en bouteille Despensa
Allez, UNE ! Allez plus que 2199 !

Heureusement Charles a inventé une machine de haute technologie pour empiler les bouteilles plus vite :

Malgré l’aide de deux autres volontaires arrivés la veille et en ayant commencé à 15h00, on arrive vite au milieu de la nuit et c’est dur.

despensa nuit
A deux heures du matin, ça commence à être dur…

Mais à 5h00 du matin la cuve est enfin VIDE !

fin de mise en bouteille
On a plus de jus et heureusement…la cuve non plus !

Et voilà le travail. Ca tient debout miraculeusement.

Bouteilles La Despensa
Ce qui est marrant c’est que dans cette région du Chili il y a beaucoup de tremblements de terre…

Pour nous remercier, Matt et Ana nous ont offert deux bouteilles de cette première cuvée…trop mignon.

La Despensa Boutique Winery
Petit cadeau pour les quatorze heures de mise en bouteille. Ca fait plaisir !

4 réflexions au sujet de « Chahut dans les chais chiliens »

  1. il manque « heures » … citation : Après quelques jours de glandouillage, on part bosser à la Despensa Boutique Winery à quatre !!!!!! de bus au Sud de Santiago, près du tout petit village de Poblacion. Un trou.

    intolérable

    merci de rectifier

    Un fan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faite le calcul (pour vérifier si vous n'êtes pas un robot) *