Sommet du Potosi, crêtes

A la conquête du Huayna Potosi

Après la descente infernale de la route de la mort, on décide de prendre un peu de hauteur en grimpant en haut du Huayna Potosi. Un gros bébé de 6088 mètres.

Il faut seulement deux heures de jeep depuis La Paz pour atteindre les contreforts du Potosi. Durant le trajet, la pression monte. Plus de 6000 mètres, c’est la première fois et ça fait un peu peur.

Potosi vue depuis les plaines
Montre le sommet avec ton doigt pour qu’ils comprennent bien

En plus on croise plein de cimetières le long de la route. Grosse ambiance.

Cimetière de mineurs au pied du Huayna Potosi
Gloups

On arrive enfin au camp de base vers 11 heures du matin pour un déjeuner rapide…

Camp de base Huayna Potosi
Camp de base à 4700 mètres. Un dortoir de 40 personnes pour nous tout seul. Les joies du hors-saison.

…puis on file s’entraîner deux heures sur le glacier le plus bas. Objectif, s’acclimater à l’altitude et apprendre à gérer la cordée, les crampons et les piolets.

Le glacier bas, entraînement pour le sommet
Le glacier d’entraînement à environ 4900 mètres.
Aurélie à l'assaut du glacier. Huayna Potosi
Aurélie pratique la technique des « cuatro puntos »
Entraînement Huayna Potosi
Entraînement difficile…
Descente en rappel Huayna Potosi
Allez lâche le deuxième bras !!! Je te jure que ça tient

Le lendemain, après une nuit seuls dans un dortoir de 40 personnes, on part pour le Rock Camp qui se situe à 5300 mètres. Deux petites heures de marche… mais avec tout le matériel ! Vingt kilos sur le dos 🙂

Sac ascension potosi
Aurélie avec ses 20 kilos de barda
Vue sommet Huayna Potosi depuis le glacier bas
Vue sur le sommet depuis le Rock Camp
Vue depuis le Rock Camp Huayna Potosi
Dodo à 17h et lever à minuit pour attaquer le sommet. Impossible de dormir, heureusement la vue est jolie !
Dortoir Rock Camp Huayna Potosi
Sur les onze personnes qui dormiront ici, six arriveront au sommet.

On se lève à minuit pour attaquer le sommet. On démarre d’entrée avec crampons, piolets et cordée. L’ascension est dure, avec des phases d’escalade dans le noir complet. Quand l’un d’entre nous flanche, l’autre est là pour le récupérer. On s’accroche et enfin la récompense…

Lever du soleil sur le sommet du Huayna Potosi
Le soleil va bientôt passer les nuages. On attend frigorifiés par -20°C.
Au sommet du Huayna Potosi
Allez, dépêche toi de prendre la photo qu’on puisse se rasseoir !
Le guide qui regarde vers le Rock Camp
Le guide regarde vers le Rock Camp 1000 mètres plus bas.
Vue depuis sommet Huayna Potosi, côté La Paz
Comme sur un bateau
Vue sur les lacs Huayna Potosi
La Bolivie à perte de vue

On reste seulement une quinzaine de minutes au sommet. Il fait droid et il faut descendre rapidement car le soleil va faire fondre le glacier en surface, rendant difficile l’utilisation des crampons et des piolets.

Saison des pluies Huayna Potosi
Début de descente le long des crêtes. Le temps est exceptionnel pour la saison des pluies
Soleil sur les flancs du Huayna Potosi
Plus le soleil est haut, plus la descente est difficile car les crampons n’accrochent plus
descente glacier Huayna Potosi
Le premier et le second de cordée prennent la pose
Il fait chaud au sommet du Huayna Potosi
Pause pour enlever mon manteau…à 5800 mètres.

La descente jusqu’au camp de base à 4700 mètres est magique. Là bas, un van nous attend pour nous ramener directement à La Paz. On est explosés mais heureux. On dormira quatorze heures cette nuit là.

Bye Bye Huayna Potosi
Bye Bye Huayna Potosi

6 réflexions au sujet de « A la conquête du Huayna Potosi »

    1. Pas crevé mais bien bien malades. Un des mecs a du réveiller son guide au milieu de la nuit pour qu’il le gave des fameuses « soroche pills »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faite le calcul (pour vérifier si vous n'êtes pas un robot) *